Remplissez le petit formulaire ci-dessous pour recevoir GRATUITEMENT ces 4 vidéos :

  • Vidéo 1 - Les différents troubles de mémoire
  • Vidéo 2 - La mémoire et le sommeil
  • Vidéo 3 - La mémoire et l'alimentation
  • Vidéo 4 - Quelques tests pour savoir où en est votre mémoire

 

Il arrive à tout le monde, de temps à autre, d’oublier le nom d’un objet ou d’une personne; de ne plus savoir ce qu’il était venu chercher dans l’endroit où il vient de se rendre… Plus tard, ce détail lui revient. C’est une petite faiblesse très banale de la mémoire immédiate.

Dans d’autres cas, les oublis peuvent être plus fréquents et les petites informations échappées ne sont pas revenues. Il s’agit alors d’une perte mémoire immédiate maladive. La perte mémoire immédiate est notamment l’un des premiers signes de la maladie d’Alzheimer.

Perte mémoire immédiate

La perte mémoire immédiate est notamment l’un des premiers signes de la maladie d’Alzheimer

Mémoire immédiate : antichambre du souvenir

Ce que l’on appelle la mémoire immédiate est la faculté de retenir pendant quelques secondes de 1 à 7 informations utiles dans l’instant. On l’appelle aussi «mémoire de travail». Seule une partie infime des informations traitées par la mémoire immédiate passent dans la mémoire à long terme pour être conservées toute une vie.

Le cerveau classe les informations qui lui arrivent de la mémoire immédiate et en rejette d’autres. La quantité d’informations retenues est variable en fonction des personnes.

La rétention est liée à l’observation, à l’attention avec laquelle l’information a été accueillie. Elle est également liée à l’état affectif. En état de stress, un individu est beaucoup moins vigilant et retient peu de choses.

La perte mémoire immédiate condamne la mémoire à long terme.

La mémoire s’entretient

A ce jour, il n’existe aucune drogue susceptible d’augmenter la mémoire. La caféine, par exemple rend plus vigilant; d’autre produits réduisent l’anxiété et aident à améliorer pour un temps la mémoire immédiate. Mais aucun produit n’augmente en soi la mémoire.

Inversement d’autres produits comme l’alcool et le tabac lui sont néfastes.

La seule chose qui entretienne et améliore la mémoire est la sollicitation intense de ses facultés d’association et d’analyse. On peut par exemple se forcer à analyser les informations qui nous parviennent. On peut les répéter. On peut se remémorer les détails de sa journée avant de s’endormir. On peut associer les mots, faire des jeux de mots, écrire son journal, apprendre un certain nombre de mots nouveaux par jour, apprendre de textes par coeur, jouer au scrabble et surtout lire.

Le travail intellectuel est le seul moyen de lutter contre la perte de la mémoire immédiate.

Photo ©iStockphoto.com

Compléments alimentaires recommandés :

 Le ginkgo biloba améliorerait sensiblement les fonctions cognitives après l'âge de 50 ans.

Le ginkgo biloba améliorerait sensiblement les fonctions cognitives après l’âge de 50 ans.

bannière ginseng_cereboost_bacopa_monnieri

Stimulez votre vigueur cognitive grâce au Ginseng (Cereboost™) + Bacopa monnieri, une synergie de plantes reconnue pour ses vertus stimulantes des neurones et de la mémoire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ceux qui ont aimé cet article ont également apprécié ceux-là :

 

Vous avez aimé cet article ? Alors, partagez-le en cliquant sur un de ces boutons, SVP
  • Twitter
  • Facebook
  • viadeo FR
  • LinkedIn
  • Scoopeo
  • email

Mots-clés :

6 réponses


  1. Danièle on 18 jan 2012

    Bonjour,
    La mémoire immédiate est difficile à entretenir.
    Lorsque l’on apprend un texte pour jouer dans une pièce de théâtre est-ce la bonne partie du cerveau qui doit travailler ?
    Je lis, j’écris, j’apprends, mais cela n’empêche pas que parfois j’ai un blanc. Que suis-je venue faire ou chercher ?
    J’espère que cela va se produire qu’à de rares occasions.
    J’ai remarque que lorsque l’on est fatigué ça a tendance à s’amplifier.

    • Emilie on 25 jan 2012

      Bonjour Danièle,

      Je viens de voir votre commentaire parti dans spam, d’où cette réponse tardive.

      La lecture, l’écriture, apprendre par coeur un texte, ce sont des activités qui sollicitent très bien les facultés du cerveau : réflexion, association, analyse… Donc, vous êtes donc sur la bonne voie. S’il vous arrive d’oublier par exemple de temps en temps ce que vous voulez faire, prendre ou chercher et tous ces détails vous reviennent un peu plus tard, il n’y a pas de quoi s’alarmer. Par contre, si ça arrive souvent et vous êtes incapable de s’en souvenir, cette perte de mémoire deviendrait préoccupante. Il vaudrait mieux en parler à votre médecin.

      Oui, la fatigue ou le stress peut aggraver cette situation.

      Je viens de publier un article sur l’ictus amnésique qui pourrait vous intéresser.

  2. beyer on 12 août 2012

    mon fils 39 ans a fait une rupture d’anévrisme.il se souvient du passé mais il a beaucoup de problème a enregistré le présent.je le stimule tous les jours..mais très souvent il ne se souvient plus de ce que nous avons fait,si je le met sur la voix,ça fonctionne pas mal, mais à quel prix.. y a t’il des méthodes pour travailler ce type de problème??

    • Emilie on 31 août 2012

      Bonjour,

      Pour le problème de votre fils, je vous conseille d’aller voir le site de Vincent Delourmel, expert en mémoire en cliquant sur ce lien. Vous trouverez auprès de lui des conseils pertinents sur les méthodes à suivre.

      Bonne journée!

    • José on 17 sept 2012

      Bonjour,

      Je suis tombé par hasard sur ce site.
      En lisant votre intervention, je me suis dit que mon témoignage pourrait être utile et donner de l’espoir. Cependant, les raisons ne sont pas identiques à celles de Monsieur votre fils.
      En effet, je suis Diabétique Insulino-Dépendant et Bipolaire (il m’est arrivé de ne pas dormir durant 10 jours lors de mes épisodes hypomaniaques, avant d’être traité).

      En 2005, un ami m’avait invité à une soirée.
      Je me serais rendu chez lui assez tôt et « endormi » dès mon arrivée. Il semblerait que les jours précédents je n’aie pas dormi, il ne s’est donc pas inquiété et m’a laissé me « reposer » pour être en forme le moment venu.
      Après plusieurs heures, il serait venu me voir et me voyant toujours « dormir », il n’a pas oser me réveiller malgré une importante transpiration (¿¡!?).
      Les convives arrivant, les apéritifs se font servir accompagnés de discussions, faisant quelque peu à mon ami ma présence dans son salon. Ce n’est qu’au bout d’un certain temps qu’il s’est dit que ça faisait un moment que j’aurais dû me piquer (faire mon insuline). Ça faisait vraisemblablement 12 heures que je « dormais ».
      C’était un coma hypoglycémique!
      Contrairement aux comas précédents pris en charges assez rapidement par le SAMU, ou au pire par les Urgences de l’Hôpital, avec du G30 en intraveineuse, il semblerait que j’eusse réagi après plusieurs interventions de mes amis. Lorsque je me serais « réveillé » (celui chez qui se serait déroulée la soirée eût été en ligne avec le 15), mon réflexe aurait été de me faire une glycémie; 0,23g/l!!! Le ressucrage aurait été fait à l’aide des moyens du bord (Coca et sucre).
      Voilà pour les faits.

      Depuis cette date là et ce durant trois ans, ça a été un enfer pour moi mais bien plus pour mon entourage.

      En ce qui me concerne: J’étais hypermnésique, auparavant, et me souvenais de tout mon passé, depuis 1975 jusqu’en 2003, sauf que je n’arrivais pas à savoir, ou me souvenir de, ce que je venais de dire ou faire. D’après les médecins, « cette » mémoire (y compris attention et concentration) se restreignai(en)t à 5 minutes.
      La conduite m’a été interdite, mais curieusement j’ai dû assimiler cette information car ma voiture n’a pas dû bouger. La seule chose que je sache, c’est qu’un jour, j’ai constaté que le « décor » avait changé.
      La banque m’a retiré mes moyens de paiement car je faisais jusqu’à 5 retraits des mêmes montants, aux mêmes distributeurs, et ai faits, à plusieurs reprises, jusqu’à 5 fois des courses le même jour avec quelques différences (sûrement ce qui manquait du précédent passage au magasin). Les médecins ne m’ont jamais expliquer pourquoi ces « 5″. Peut-être l’ont-ils fait et, dans ce cas, je l’ai oublié.)
      On m’avait dit de noter tout ce que j’avais à faire sur des papiers pour ne pas oublier, sauf que j’oubliais les « fameux papiers ».
      Je me souviens d’avoir angoissé par rapport au fait de ne pas me rappeler, mais il semblerait que ce soit lors des trois derniers mois.

      Pour mes proches, ça a été une autre affaire…

      Eux qui connaissaient un José qui se souvenait de tout, du jour et de l’heure, jusqu’à la tenue vestimentaire de chacun, ne comprenaient pas que je ne puisse pas me rappeler de quelques instants auparavant.
      Je maintenais un discours cohérent sauf qu’à un moment (ces fameuses 5 minutes) je partais ailleurs ou sur une autre discussion et dans le meilleur des cas (les trois derniers mois) demandait où en étais-je.
      Le pire, semblerait-il, était ce regard perdu (dans un premier temps), lorsque je n’étais pas sollicité et quand mes yeux partaient de gauche à droite (apparemment des mouvements très rapides) dès que quelqu’un m’interpellait (ce qui a le plus terrorisé mon entourage).

      Mes proches ont, bien entendu, eu, tout le long, conscience de ce qui se passait mais « n’arrivaient pas » à m’aider malgré les recommandations des médecins.
      Ce sont divers « exercices » qui au fil du temps m’ont permis de recouvrer la mémoire immédiate. Je me rappelle un exercice, par exemple, celui de me rappeler des du maximum de choses des voitures blanches, c’est comme ça, d’ailleurs, que j’ai constaté que « le décor avait changé ». Je ne savais pas ce qui avait changé mais je l’avais constaté. Ce n’est que plus tard que j’ai compris que ma voiture n’était plus là. En allant déclarer le « vol » de celle-ci, j’ai appris qu’elle était avait été mise en fourrière depuis trois jours (c’était un week-end) et dès réception du courrier, je suis allé au commissariat pour récupérer la levée de celle-ci, mais je ne pouvais toujours pas conduire. Rassurez-vous, je l’ai récupérée 9 mois après et l’indulgence, quant à la situation, a fait que je n’ai payé que le déplacement du camion.

      Bref!!!

      Pour répondre à votre question, un travail assez long avec un Neurologue et le Centre Mémoire du CHU de votre ville sera moyen à une évolution appropriée pour Monsieur votre fils.

      Il m’a fallu trois ans pour retrouver toutes mes aptitudes.

      Je vous souhaite toute la compréhension (de la situation) et la force/volonté ainsi qu’à Monsieur pour y parvenir.
      Certes, ce n’est pas évident pour vous mais encore moins pour lui.
      Surtout, ne vous dites pas qu’il ne s’en rend pas compte, ce serait le laisser tomber dans l’OUBLI…

      • Emilie on 18 sept 2012

        Bonjour José,

        Un grand merci de votre long témoignage qui sera un grand encouragement pour les personnes touchées par cette trouble de mémoire !
        Toutes mes félicitations et respects pour votre persévérance et votre volonté !


Laissez votre commentaire